Gabriel Dionne

Commentaires de Jacques Sénéchal, collectionneur d'art contemporain

Gabriel propose des recherches formelles diamétralement opposées : des compositions architecturales bien structurées et des formes désorganisées, libres, aléatoires.

Ces deux groupes de photos réussissent à transmettre chacune leurs particularités plastiques et émotionnelles et ainsi faire ressentir au spectateur des impressions et des sentiments des plus variés.

Jusqu’au bout

Quel point de fuite !

J’ai bien de la difficulté à déterminer le sujet de la photo : les deux personnes (la perspective nous menant vers eux), l’escalier lumineux ou bien la forte composition en elle-même, le point de fuite ?

Même si, dès le premier plan, une marche à mes pieds m’invite à monter, je ne sais pas si j’accepterai, car déjà au bas de l’escalier je ressens le vertige. Je n’ose même pas imaginer ce que je ressentirais en haut.

( En ignorant ses rampes?)

Cet escalier serait le décor idéal pour la scène finale de l’opéra L'Or du Rhin de Wagner, l’entrée au Walhalla, le royaume des dieux ou bien l’escalier que monteraient Turandot et Calaf pour symboliser leur ivresse amoureuse dans l’opéra Turandot de Puccini.

Quiétude

Très habile utilisation de la paroi réfléchissante d’un édifice pour révéler subtilement l’environnement dans lequel il est construit.

Rideau

La blancheur et la texture lisse des piliers attirent le regard sur la vedette architecturale, le treillis formé de multiples ailettes.

Cette photo capte le rythme dynamique de cette sculpture murale grâce à la lumière naturelle qui rase certaines surfaces pour laisser les autres dans l’ombre. Contraste à la fois délicat et saisissant.

Reflet

La composition de cette étude photographique est des plus déstabilisantes. Il me semble que Gabriel a utilisé un matériau réfléchissant pour détourner la réalité des objets et, par conséquent, créer un univers mystérieux, inquiétant.





GABRIEL DIONNE

Saint-Lambert

J’aime capturer des images dans toutes sortes d’environnements.

C’est parfois de l’architecture, des réflexions ou des mouvements de fluides sur une surface qui donnent des figures abstraites permettant à l’observateur d’imaginer des personnages ou des événements mystérieux